Le président de l’Autorité de régulation des communications et des postes, Tontama Charles Millogo, a eu, le samedi 12 mai 2018, une séance de travail avec Maman Sambo Sidiko, secrétaire permanent du G5 sahel, présent à Ouagadougou dans le cadre de la tenue de la sixième réunion du Comité de défense et de sécurité du G5 Sahel.
Maman Sambo Sidiko a sollicité cet entretien pour échanger avec le régulateur burkinabè sur des projets initiés pour le G5 Sahel, notamment ceux en relation avec les communications électroniques. En effet, les chefs d’Etat ont instruit le secrétariat permanent du G5 Sahel, de porter les grands projets dans l’espace du G5 Sahel. Il s’agit notamment du projet de free roaming entre les cinq Etats et la couverture par les réseaux de télécommunications des zones transfrontalières. Tontama Charles Millogo a salué la pertinence et l’opportunité des projets du G5 Sahel et s’est dit convaincu qu’ils apporteront un bien être aux populations de l’espace. Pour ce qui du free roaming, il convient de noter que le G5 Sahel est l’un des pionniers de cette initiative et il entend accélérer son processus de mise en œuvre. Le président de l’ARCEP s’est réjouit de cette vision et a dit sa disponibilité à partager l’expérience de certains Etats d’Afrique de l’Ouest qui, depuis 2016, se sont engagés à travers la signature d’un protocole à rendre effectif le free roaming. Pour ce faire, le président Millogo a proposé la tenue d’une réunion du G5 Sahel à Ouagadougou dans les prochain mois. Celle-ci se tiendra après la réunion des Etats de l’Afrique de l’Ouest sur le free roaming qui est prévue pour se tenir à Lomé au Togo à la fin du mois de juin 2018. Le président de l’ARCEP va également proposer la participation du secrétariat permanent du G5 Sahel à cette rencontre de Lomé
Pour ce qui est de la couverture des zones transfrontalières, Tontama Charles Millogo a dit sa volonté personnelle et celle de l’ARCEP à accompagner le G5 Sahel dès qu’il se sera doté d’une stratégie adéquate. Enfin, Tontama Charles Millogo a insisté sur la prise en compte des infrastructures du numériques par l’ensemble des projets du G5 Sahel. Il s’agit précisément d’aboutir à une obligation pour toute construction de réseaux de transport (chemin de fer et route) et d’énergie d’intégrer la fibre optique pendant l’exécution des travaux.
En rappel, Le G5 Sahel est un cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale en matière de politiques de développement et de sécurité, qui regroupe cinq États du Sahel que sont le Burkina, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.