C’est ce lundi 29 octobre 2018 que s’ouvre à Dubaï aux Emirats arabes unis, la Conférence de plénipotentiaires (PP) de l’Union internationale des télécommunications (UIT), la plus grande réunion mondiale de décideurs pour le secteur des télécommunications et des technologies de l’information et de la communication. Cette conférence se tient chaque quatre ans et la dernière s’est déroulée à Busan en Corée du Sud, en octobre-novembre 2014.

C’est au cours de ces conférences que sont élus les cinq fonctionnaires de l’UIT. C’est également la conférence des PP qui désignent les Etats membres du Conseil de l’union.

Cette année, le Burkina Faso propose deux candidatures : celle de Brahima Sanou, actuel directeur du bureau de développement des télécommunications pour être le futur vice secrétaire général et celle du renouvellement du mandat du pays au sein du Conseil de l’UIT.
Pour défendre ces deux candidatures, le Burkina a dépêché une forte délégation comprenant la ministre du développement de l’économie numérique et des postes, Hadja Fatimata Ouattara et de celui l’intégration africaine et des Burkinabè de l’étranger, Paul Robert Tiendrébeogo ; les ambassadeurs du Burkina à Genève, Dieudonné Sougouri et à Riyad Mansa Ountana ; le président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), Tontama Charles Millogo et des membres du conseil de l’ARCEP et de la Commission de l’informatique et des libertés.
Des le mardi 30 octobre, les pays seront à la tribune pour décliner leurs visions à travers les déclarations de politique générale. Le Burkina Faso s’adressera à la Conférence le mardi 30 dans l’après midi.
L’un des temps forts de la conférence sera incontestablement, les élections des cinq fonctionnaires de l’UIT que sont le Secrétaire général ; le vice secrétaire général ; le directeur du Bureau des Radiocommunications, celui du Bureau de la normalisation des télécommunications et le Directeur du Bureau de développement des télécommunications.
Quant aux élections des membres du conseil de l’UIT, elles commenceront le lundi 05 novembre. Pour les 13 places réservées au continent africain, 19 pays sont en lice dont le Burkina Faso. Ce sont donc les 13 pays qui auront le meilleur score qui seront retenus.
En attendant le jeudi 1er novembre, jour des premières élections, le World trade centre de Dubaï, site de la conférence, est dans une effervescence de campagne à travers des opérations de lobbying, dont entres autres, des rencontres bilatérales, des cocktails. Toutes ces actions visent à convaincre le maximum de membres à voter pour eux.