Le président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), Tontama Charles Millogo, a eu une séance de travail le mardi 17 avril 2018 avec les responsables de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).
L’objectif principal du déplacement du régulateur des communications électroniques auprès du régulateur des banquiers et établissements financiers, est d’instaurer la concertation entre les deux instituions pour prendre en charge de façon efficace les préoccupations des consommateurs.
Tontama Charles Millogo accompagné par ses collaborateurs a effectivement eu une fructueuse séance de travail avec Sankara, Directeur de l’agence principale de la BCEAO Ouagadougou. Les échanges ont porté essentiellement sur la monnaie électronique dont les services on fournis par les opérateurs de téléphonie mobile avec un agrément délivré par la Banque centrale.
Cette rencontre a permis à chaque institution de réaffirmer son rôle. Ainsi, si la régulation des communications est du ressort de l’ARCEP, la régulation du mobile money relève entièrement de la BCEAO. Du reste, la monnaie électronique est gérée par des entités qui ont des personnalités morales totalement différentes de celles des opérateurs de téléphonie mobile. Aussi, MOBICASH et ORANGE MONEY sont des entreprises qui ont des contrats respectivement avec les opérateurs de téléphonie ONATEL ET ORANGE.
Chargés d’assurer la sérénité dans leur secteur respectif, les responsables de l’ARCEP et de la BCEAO ont convenu de conjuguer leurs efforts pour trouver les meilleures solutions possibles à toute difficulté que viendraient à rencontrer les consommateurs. C’est ainsi qu’informée par la Banque centrale des problèmes que rencontrent certaines banques dans leurs négociations avec les opérateurs de téléphonie pour implanter leurs services de monnaie électronique, l’ARCEP s’est engagée à rencontrer les différentes parties pour aider à collaborer pour rendre les meilleurs services aux populations.