Les officiels à la cérémonie d’ouverture

La 17e édition de la Semaine du numérique s’est tenue, du 9 au 13 novembre 2021 dans la ville de Bobo-Dioulasso, sous le thème : « Projection à l’ère post Covid-19 : enjeux d’une transformation digitale réussie ». Lancée par le chef du gouvernement, Christophe Dabiré, l’édition 2021 a connu son apothéose le 13 novembre 2021.

 

Les lampions de l’édition 2021 de la Semaine du numérique se sont éteints ce samedi 13 novembre 2021. Organisée par le ministère en charge de l’économie numérique, des postes et de la transformation digitale, cette semaine consacrée au numérique au Burkina Faso est une manifestation annuelle qui offre ainsi l’opportunité aux acteurs de l’écosystème numérique, de présenter leurs produits et services, tout en créant un cadre d’échanges et de discussions autour des spécialistes et partenaires du développement du digital.

C’est le Premier ministre Christophe Dabiré qui a présidé la cérémonie d’ouverture de cette 17e édition de la Semaine du numérique. Dans son allocution, le Premier ministre a indiqué qu’en créant un cadre d’échanges et de promotion des produits et services des TIC, la semaine du numérique favorise la diffusion et l’utilisation des technologies de l’information et de la communication dans notre pays. Aussi, est-il à noter que ce secteur est devenu « une des principales sources de création d’emplois dans nos pays »

Construire la résilience de l’économie face à la pandémie de la Covid-19

L’avènement de la Covid-19 dans le monde a permis de mesurer davantage l’importance des TIC pour les sociétés contemporaines. En effet, pour atténuer les impacts négatifs des mesures de confinement des populations qui visaient à réduire la propagation du Covid-19, les pays du monde ont trouvé dans le numérique, un levier essentiel pour assurer la continuité de l’activité économique. Ainsi, les innovations comme le télétravail, les vidéoconférences et les autres plateformes de travail collaboratif, ont permis de construire la résilience de l’économie face à la pandémie.

« Du fait de la pandémie à coronavirus, le monde s’est arrêté de façon brutale. Il a fallu donc le numérique pour continuer à faire fonctionner le monde. C’est le numérique qui a permis de continuer à offrir des services tant publics que privés, a laissé entendre la ministre de l’économie numérique, des postes et de la transformation digitale, Hadja Fatimata Ouattara/Sanon. C’est pourquoi, l’édition de cette année 2021 a choisi de mener la réflexion sur le thème : « Projection à l’ère post Covid-19 : enjeux d’une digitalisation réussie ».

L’ARCEP comme acteur majeur du développement du numérique

Le Président de l’ARCEP modérant un des panels

L’ARCEP, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes a pris une part prépondérante dans la réalisation de cette grande manifestation. Elle a d’abord apporté un soutien institutionnel inestimable, mais elle s’est également impliquée dans la réussite de plusieurs activités spécifiques. Ainsi, l’Autorité de régulation a-t-elle tenu un stand et organisé une conférence publique, sans oublier la contribution du président Tontama Charles Millogo, tantôt comme président d’une cérémonie, tantôt comme modérateur de panels.  Tontama Charles Millogo qui a parrainé entre autres, le forum sur la gouvernance de l’internet ou celui consacré à la poste, à l’innovation et à la digitalisation.

Les participants suivant une communication sur la contribution de l’ARCEP à l’inclusion numérique

Il a rappelé que “l’essor remarquable du numérique et les effets et impacts considérables qu’il produit dans certaines économies avancées est une véritable lueur d’espoir pour des économies moins avancées comme le nôtre en quête de transformation structurelle rapide. Toutefois, ces transformations doivent être inclusives et contribuer à la réduction de la pauvreté et des inégalités. (…) la transformation numérique ne doit pas être porteuse d’inégalités ou d’exclusion, au contraire, nous devons mobiliser le potentiel du numérique pour réduire les inégalités existantes et garantir un développement inclusif dans nos pays. » Et c’est dans cette dynamique que s’est engagée l’ARCEP à travers la formation et la dotation des personnes malvoyantes en matériels informatiques, la couverture de 183 zones blanches dont 58 déjà fonctionnelles, la formation de près de 2000 jeunes à l’utilisation de l’internet et bien d’autres initiatives. L’objectif principal étant d’œuvrer efficacement à l’inclusion numérique et réduire les inégalités.

La semaine du numérique un cadre de stimulation et d’innovations

Cette édition, à l’instar des précédentes, a été marquée par la mise à compétition de projets et d’œuvres innovants afin de stimuler la créativité et susciter l’émulation des talents dans le domaine des TIC. La compétition s’est déroulée sous forme de jeux-concours en trois catégories : « Services digitaux aux usagers » ; « Hackathon », « Meilleur stand d’exposition ».

Le jury officiel, composé de sept (7) membres et présidé par le Pr Dipama Jean-Marie, Président de l’université virtuelle du Burkina Faso, a eu pour missions essentielles d’apprécier le travail des jurys techniques en rapport avec les œuvres, de délibérer les résultats dans les différentes catégories en vue de dresser le palmarès.

 

La liste des lauréats :

CONCOURS CATEGORIES RANG DENOMINATION
 

 

 

 

 

Services digitaux

 

Application web

1er  

NEANT

2ème
3ème
 

 

Application mobile

1er NEANT
2ème
3ème Foodz Epicerie
 

Application de bureau

1er  

NEANT

2ème
3ème
 

Hackathon

  1ème Rapace-Alpha
2ème Self-Defense- Viego corps et Innova
3ème Code Hunter et Enigma
 

 

 

 

 

 

Stands d’exposition

 

 

Secteur public

1er DSIS/Ministère de la Santé
2ème Mairie de Ouagadougou
3ème ANPTIC
 

 

Secteur privé

1er Moov Africa
2ème WakatLab
3ème Telecel Faso
 

 

Société civile

1er ABDI
2ème JEFEL
3ème Mahna

 

Les lauréats pausant avec les officiels à la cérémonie de clôture

Des Prix spéciaux Gambré d’honneur ont été décernés à une dizaine de personnes au nombre desquelles le Pr Ousseynou Nakoulma. Le Gambré d’honneur lui a été décerné pour sa carrière professionnelle exemplaire et en particulier, pour sa contribution inestimable à la formation des ressources humaines qualifiées dans le domaine du numérique, malgré la retraite pendant laquelle il est revenu pour mettre son immense expérience au service de son pays. Une mention spéciale a été décernée au ministère de la santé pour son engagement à tirer le meilleur parti du numérique dans la modernisation et le développement du système national d’information sanitaire du Burkina Faso, et particulièrement pour tous les efforts déployés depuis 2020 afin d’intégrer le numérique dans la réponse contre la pandémie de la COVID-19.

La semaine du numérique 2021 a refermé ses portes avec beaucoup d’espoirs. Son bilan peut d’ores et déjà être considéré comme positif au regard de l’incontestablement engouement du public. Les prochaines éditions doivent consolider cet intérêt pour que le numérique soit véritablement la locomotive du développement de notre pays et de notre économie que nous voulons émergente.

En rappel, la République populaire de Chine fut le pays invité d’honneur.