La victoire tant attendue n’a pas eu lieu. Le Burkinabè Brahima Sanou ne sera pas le prochain vice secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications. Tel en a décidé la 18eme conférence de la plénipotentiaire de l’Union internationale des télécommunications qui se tient à Dubaï, aux Emirats arabes unis.
Le candidat Brahima Sanou a été battu par le Britannique Malcolm Johnson par le score de 113 voix sur 178 votants.
Brahima Sanou n’a récolté que 65 voix.
Le Chinois Houlin Zhao, seul candidat au poste de secrétaire général de l’UIT, a été réélu à l’unanimité pour un dernier mandat de quatre ans.
La nouvelle équipe prendra officiellement ses fonctions le 1er janvier 2019.
Brahime Sanou quittera donc le siège de l’UIT où  il a travaillé pendant huit ans comme Directeur du Bureau de développement des télécommunications.
Les espoirs du Burkina Faso reposent à présent sur sa candidature pour être réélu membre du Conseil de l’Union internationale des télécommunications.
Pour les 13 places réservées à la Région D, celle du continent africain, ils sont 19 pays sur la ligne de départ.
Il s”agit de de l’Algérie, du Burkina Faso, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de l’Egypte, du Ghana, Ghana, du Kenya, du Mali, de la Mauritanie, du Maroc, du Nigeria, du Rwanda, du Sénégal, de la république Sud africaine, du Soudan, de la Tanzanie, du Togo, de la Tunisie et de l’Ouganda. Cette élection se déroulera le lundi 05 novembre 2018 alors que celle des trois directeurs de bureaux se fera ès cet après midi