La ministre du développement de l’économie numérique et des postes, Adja Fatimata Ouattara/Sanou était dans les locaux de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes. Accompagnée d’une forte délégation de collaborateurs, la ministre Ouattara est venue rendre une visite de courtoisie à l’Autorité de régulation.
Accueillie par Tontama Charles Millogo, président de l’ARCEP avec qui elle a eu un entretien, la ministre a ensuite visité quelques installations techniques avant la séance d’échanges.
Dans son mot introductif à la séance d’échanges, Tontama Charles Millogo a d’emblée dit tout le plaisir qu’il a à accueillir le ministre en charge de l’économie numérique à l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes.
En effet, a expliqué le président Millogo, ‘’votre présence ce matin créé aussi de l’espoir : celui d’une coopération vivace et efficace entre votre ministère et l’Autorité de régulation, deux structures essentielles pour la promotion et le développement des secteurs des communications électroniques et des postes’’.
Cette visite de courtoisie est donc perçue comme un message d’assurance mais aussi comme une action qui renforcera encore plus la collaboration entre le ministère et l’Autorité de régulation.
Le président de l’ARCEP a noté avec satisfaction que depuis sa prise de fonctions, la ministre Ouattara a fait de la concertation son leitmotiv. Par ailleurs, il note avec satisfaction que l’Autorité de régulation et le ministère regardent dans la même direction, tous convaincus de la capacité de notre pays d’aller au tout numérique et aussi animés par la volonté de faire des TIC un levier de croissance et de développement inclusif. Il a ensuite salué l’énorme travail abattu depuis en quelques mois. Il s’agit entre autres des projets relatifs au Backbone national des télécommunications ; au Point d’atterrissement virtuel (PAV) et le Point d’échange Internet ; au projet de renforcement et d’extension du Réseau informatique national de l’administration (RESINA) et le projet d’Appui au développement des TIC (PADTIC) ; au projet de mise en place d’une plateforme G-Cloud au profit de l’administration ; des entreprises et des citoyens.
A la suite du président, le secrétaire général de l’ARCEP, Sibiri Jean Michel Ouattara, a fait le point des grands projets conduits par l’ARCEP l’année dernière et indiqué les perspectives pour 2018. Certains d’entre eux sont portés en commun par le ministère et l’Autorité de régulation.
Hadja Fatimata Ouattara s’est dite émerveillée par le programme d’activités de l’ARCEP et a souhaité la réalisation de ces projets qui aideront le secteur à aller de l’avant. Le ministre a dit toute sa reconnaissance à l’ARCEP pour l’accompagnement à l’endroit de son département. Pour mieux porter les projets en commun, la ministre a proposé la mise en place d’un cadre de concertation qui tiendra des sessions trimestrielles. Elle a rappelé que les acteurs devraient agir pour atténuer ‘’la souffrance des consommateurs’’.
C’est convaincus que le travail en synergie donnera des résultats probants, que les deux responsables s’engagent à tenir la première session du cadre de concertation dans les meilleurs délais.