La session du Conseil d’administration de l’année 2017 de l’Union internationale des télécommunications (UIT) s’est ouverte hier lundi 15 mai au siège de l’institution à Genève en Suisse. L’Union internationale des télécommunications est l’agence des Nations unies pour le développement spécialisé dans les technologies de l’information et de la communication. Le Conseil d’administration est son organe directeur et a pour principales missions d’examiner les grandes questions de politique des télécommunications afin que ‘’les activités, les orientations politiques et la stratégie de l’Union soient parfaitement adaptées à l’environnement dynamique et en pleine mutation des télécommunications’’.
Le Burkina qui en est membre y prend part avec des délégations issues des structures étatiques impliquées dans les questions des communications électroniques. Il s’agit notamment du ministère du développement de l’économie numérique et des postes et de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP). C’est dire que le pays des hommes intègres est bien représenté à ces session et pour cause : le Burkina Faso veut promouvoir un de ses fils, en l’occurrence Brahima Sanou, actuel Directeur du Bureau de développement des télécommunications. Dès l’ouverture de cette session, le Burkina Faso a officialisé sa candidature de au poste de vice secrétaire général de l’UIT. Directeur du Bureau de développement des télécommunications) depuis 2010,  Brahima Sanou achèvera son deuxième et dernier mandat en 2018. Le Secteur du Développement des Télécommunications de l’UIT est le bureau  le plus en vue dans le développement des télécommunications dans les pays sous développés.

La qualité du travail abattu et les nombreux progrès constatés dans le secteur du développement, permettent d’espérer que qu’il sera élu en 2018 pour le poste de secrétaire général adjoint. La ministre Hadja Ouattara du développement de l’économie numérique et des postes et Tontama Charles Millogo, président de l’ARCEP et leurs délégations ont déjà engagé la compagne dans ce sens par des entretiens avec les délégués d’autres pays pour les rallier à la cause du candidat burkinabè. La mission essentielle du vice secrétaire général est d’assiste le Secrétaire général.